Le Portail Web des Mermet

recherche genealogique

Il y a ...

Aujourd'hui

Aucun événement historique
  
 
 

Personnes consultées

No persons found

Statistiques d'accès

mod_jts_counterstats
mod_jts_counterstats
mod_jts_counterstats
mod_jts_counterstats
mod_jts_counterstats
mod_jts_counterstats
mod_jts_counterstats
Le 26 mai 2018
2 utilisateurs en ligne
-
2 invités
Votre IP : 54.167.216.239

 

selon Robert Mermet

Chercher ses racines ce nest pas seulement se livrer à une étude de généalogie, cest aussi étudier l'étymologie de son nom, sa provenance géographique, et également les événements sociologiques qui se sont succédés au fil des générations.

ETYMOLOGIE

MERMET à l'origine est un prénom. 

A Allèves, en Savoie, une famille importante les " DAGAN", ce nom s'écrivait initialement sans " D " final, mais à partir du XV siècle, nous voyons souvent ce nom avec un " d " final.
Par exemple lun de ces Dagan avait comme prénom Mermet. On trouve des textes en latin ou l'on a et le nom simple et le nom précédé du prénom ce qui donne dans une phrase où le personnage est sujet : MERMETUS DAGANUS, et où il s'agit d'un complément MERMETI DAGANI, MERMETO DAGANO. La certitude est qu'il sagit bien d'un prénom, et non d'un sobriquet comme on le trouvera plus tard, provient du fait qu'un texte de la fin du XV siècle donne ce même mot au féminin, et nous avons une MERMETA.

Dauzat, qui na pas hésité à inventer ce qu'il ne savait pas, dit que notre nom viendrait de " MARMOT " et aurait été le sobriquet d'un homme très petit. Ceci est absurde. Il y a bien des MERMOT des MERMOZ, mais ce n'est que la défiguration d'un nom par un scribe maladroit. J'ai par exemple une arrière grand tante de mon grand père, qui est née MERMET, mariée MERMOZ, décédée MERMET. Ces exemples de déformation sont nombreux, et il faut faire très attention lors des recherches généalogiques. Vous avez un grand père MERMET, un arrière grand père MERMOZ, un arrière arrière grand père MERMET. Par exemple à La Biolle une famille COLET (avec 1 L), au début du XVII on trouve des enfants de cette même famille devenu COLLET (avec 2 L). Puis deux générations plus tard, des descendants ont les uns un seul L, les autres deux L, ce qui voudait dire que les " COLET " et les COLLET " ont le même arbre généalogique, les mêmes ancêtres.

La latinisation de notre nom démontre qu'à lorigine il sagit bien de MERMET avec un " E " et un " T ".

L'hypothèse la plus souvent admise est qu'il sagit dun diminutif d'un prénom ; Il pourrait sagir du diminutif de la forme latine de GUILLAUME qui aurait donné GUILLERMET, le petit Guillaume, ou de la forme germanique WILHERMET. Je penche pour la forme latine dans un pays où la langue était romano-provençale. Le LLERMET se serait transformé en MERMET. Certains proposent d'autres prénoms comme origine. Il a été, en particulier, proposé une déformation du nom de saint MAMERT. Pour ce faire, il faudrait un déplacement du " R " et une mutation du " A " en " E ". Cela ne répond pas plus aux règles habituelles de la linguistique que la transformation du " LL " en " M ". Nous n'avons aucune chance davoir une preuve formelle de l'origine de ce prénom.

ORIGINE GEOGRAPHIQUE

Il ne faut pas se fier aux archives modernes, l'origine des noms se trouve dans les plus vieux documents, actes notariés, et surtout actes paroissiaux. ; nous avons en outre le dénombrement de 1561. Il semble bien qu'aux XV, XVI et XVII siècle on ne trouve de MERMET qu'en Albanais, c'est à dire entre Rumilly et Aix les Bains, cette dernière ville non comprise. Lors du dénombrement, dans les hameaux de Collonges on trouve 15 foyers dont :

  • Jacquemoz MERMET, ses trois fils.
  • Claude MERMET ses deux fils.
  • Etienne MERMET et son fils.
  • Pierre MERMET et ses deux fils.
  • Jehan MERMET, chez Alban le Vieux.
  • alias MERMET Claude son neveu, chez Claude de Collonges

 

Nous trouvons dans les actes d'Albens des " de Collonges alias MERMET ", et il semble bien que le " de Collonges " disparaisse rapidement au profit du seul patronyme MERMET.

Sur une population de 91 habitants nous avions 36 adultes mâles, 30 femmes, 9 enfants mâles, 16 filles ; il y avait 6 MERMET mariés, 5 épouses une veuve, 9 enfants mâles 5 filles, et donc 26 MERMET. Il est évident qu'avec 45 garçons déjà pères ou appelés à l'être, la population des MERMET devait fatalement être fort nombreuse quelques années après.

Dans cette région de basse montagne, les gens se déplaçaient facilement d'un village à lautre, dans un rayon d'une quinzaine de kilomètres, et quittaient leur propre village soit pour aller habiter dans la famille de leur épouse, soit pour y trouver un autre travail, une autre terre à cultiver. Comme nous ne trouvons pas dans cette haute époque du XVI d'autres MERMET dans les autres vallées savoyardes, mais qu'en revanche nous avons à Rumilly au XIV siècle une demoiselle MERMET figurant sur un mandement seigneurial, l'origine géographique de notre nom semble bien être l'Albanais.

DISSEMINATION

La dissémination de notre nom est due à l'émigration savoyarde dès le moyen âge.

En premier lieu il y eu la dissémination marchande. Beaucoup de savoyards quittaient leurs terre pour une saison et aller vendre des produits soit faits sur place, soit achetés en Piémont ou en Provence, sur les foires et marchés du Palatinat, de Suisse, dAlsace, de Lorraine et même j'usquen Champagne. Ces " mercators " comme est appelé Jacquemoz MERMET à Collonges en 1561, quittaient donc la Savoie vers le Nord, soit par la Suisse, soit par la Franche-Comté et le jura. Si beaucoup revenaient au pays, d'autres s'arrêtaient en route, et s'installaient, la plus part du temps en sy mariant. Nous trouvons dans certaines généalogie comme premier ascendant un enfant naturel.

La pauvreté du duché de Savoie, par rapport à une certaine richesse en Royaume de France amenait souvent des savoyards à quitter le pays et à aller s'engager comme ouvrier dans des villes industrielles comme Lyon.

Il ne faut pas non plus négliger l'émigration provoquée par l'arrivée en France de Louise de Savoie, lorsqu'elle devient Reine de France.

Il faut prendre également en considération que les terres étant pauvres, revenaient le plus souvent à l'ainé de la famille, et que les cadets allaient chercher fortune ailleurs. Le partage des terres nauraient pas permis à des familles nombreuses de vivre. Bien évidemment les MERMET ne font pas exception à ces règles. Il n'est donc pas anormal d'en trouver plus en Jura, en Franche-Comté et à Lyon qu'en Savoie même. Cette dissémination se fait également dans le duché lui même. Lors du dénombrement, la paroisse des Déserts ne comptait pas de MERMET. Ils sont donc venus plus tard dans cette pauvre vallée.

Cest au XVIII et au XIX siècle que la plus grande émigration va vers Lyon. A la fin du XIX siècle, après le rattachement de la Savoie à la France, que cette émigration s'amplifie vers la France, et également vers l'étranger, en particulier en Amérique du Sud. Plusieurs MERMET devenus argentins ont un ancêtre qui a quitté la Maurienne fin XIX siècle. Très souvent cette émigration avait lieu par groupe familiaux ou amicaux. Parfois ils partaient de Savoie pour rejoindre un parent ou un ami déjà installé. 

 CONCLUSION

Jusqu'à preuve contraire, MERMET est la déformation d'un prénom, sans savoir lequel, que l'origine géographique est l'Albanais. Cependant, il semble peu vraisemblable que nous ayons tous la même souche. Compte tenu du nombre de MERMET à Collonges lors du dénombrement, il est certain que le nombre de descendants de ces MERMET, dont nous ne connaissons pas les liens de parenté, sont très nombreux. Cela, cependant, ne prouve pas que tous les MERMET soient de cette même souche.

origine 1
Histoire avec un H
retour

 

Connexion

Offre spéciale

Vous pouvez disposer de votre adresse électronique mermet avec les extensions .com .fr .eu .de .es .it .tw .pro .biz

Rechercher